top of page
  • jlbarbut8

𝐂𝐞 𝐪𝐮𝐞 𝐥’𝐨𝐧 𝐜𝐫𝐨𝐲𝐚𝐢𝐭 𝐬𝐚𝐯𝐨𝐢𝐫 𝐬𝐮𝐫 𝐥’é𝐠𝐥𝐢𝐬𝐞 𝐒𝐭 𝐏𝐨𝐧𝐬 (8 mai 2022)


L’histoire se base souvent sur des évidences qui n’en sont pas et les faits qui pourraient la contredire sont occultés.

Emile Boisson écrit dans son histoire de Sommières : les réformés s’emparèrent de l’église paroissiale St Pons en septembre 1562. Les catholiques furent obligés de faire le service divin dans une petite église qu’ils firent bâtir à la hâte au plan de l’Oly occupé aujourd’hui par l’ancien couvent des Ursulines (Chap. X).

Et les brochures touristiques de reprendre : l’église a été reconstruite au XIXe siècle à l’emplacement d’une chapelle romane. Partiellement détruite et transformée en temple au moment des guerres de religion, elle fut rendue aux catholiques à la fin du XVIIe siècle.




𝐋𝐚 𝐯é𝐫𝐢𝐭𝐚𝐛𝐥𝐞 𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞

L’église primitive Saint Pons se trouvait au plan de l’Oly cité par Emile Boisson (actuel Espace Lawrence Durrell) sous le château, sur le Puech Salicon. Un cimetière l’entourait. Elle a en effet été réquisitionnée par les protestants dès 1561 pour y célébrer leur culte mais rapidement restituée sur ordre du roi. Le culte protestant se pratiquait en 1563 dans la maison dite du bœuf de M. Bruneau, jusqu’à la construction du premier temple en 1582 à l’emplacement de l’église actuelle. Il n’y avait alors que des maisons particulières.

En 1622, le prince de Condé confisque ce temple protestant et le remet aux catholiques. Ce sera leur nouvelle église, l’ancienne ayant été détruite. Les protestants occupent dès lors un bâtiment du grenier à sel avant de faire construire un nouveau temple, derrière le précédent, en 1639, sur l’actuelle place Saussines.

En 1682, l’évêque en visite à Sommières exhorte les habitants d’ôter à l’église sa forme de temple et de l’agrandir. Plusieurs fois restaurée, elle sera finalement entièrement rebâtie au milieu du XIXe siècle. Le temple protestant de 1639 fut démoli après la révocation de l’Edit de Nantes, fin 1685.

C’est donc le temple qui est devenu une église et non le contraire, ce qui pourrait bien être un cas unique.

𝘐𝘭𝘭𝘶𝘴𝘵𝘳𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯 1 : 𝘥é𝘵𝘢𝘪𝘭 𝘥𝘶 𝘴𝘪è𝘨𝘦 𝘥𝘦 1573 𝘢𝘷𝘦𝘤 𝘢𝘶 𝘱𝘳𝘦𝘮𝘪𝘦𝘳 𝘱𝘭𝘢𝘯 𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘭'𝘰𝘯 𝘴𝘶𝘱𝘱𝘰𝘴𝘦 ê𝘵𝘳𝘦 𝘭'é𝘨𝘭𝘪𝘴𝘦 𝘱𝘳𝘪𝘮𝘪𝘵𝘪𝘷𝘦 𝘥𝘦 𝘚𝘵 𝘗𝘰𝘯𝘴 𝘦𝘯 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘪𝘦 𝘥é𝘵𝘳𝘶𝘪𝘵𝘦.

Nicolas LAWRIW - mvic.fr

D’après les Archives Municipales de Sommières et visites pastorales en ligne sur BROZER Téléarchives

0 vue0 commentaire
bottom of page