top of page

C'est ainsi que tout a commencé pour nos précieuses archives (27 février 2022)



Jean-Louis Renard, conseiller municipal et président fondateur de l’association : « Sommières et son Histoire » avait retrouvé dans nos archives, le manuscrit de Jean Cabane, écrit en 1748, intitulé « 𝘊𝘢𝘩𝘪𝘦𝘳 𝘤𝘰𝘯𝘵𝘦𝘯𝘢𝘯𝘵 𝘦𝘯 𝘢𝘣𝘳é𝘨é 𝘭𝘦𝘴 𝘈𝘯𝘵𝘪𝘲𝘶𝘪𝘵é𝘴 𝘦𝘵 𝘈𝘯𝘯𝘢𝘭𝘦𝘴 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘝𝘪𝘭𝘭𝘦 𝘥𝘦 𝘚𝘰𝘮𝘮𝘪è𝘳𝘦𝘴 ». C’est sur sa machine à écrire (on n’avait pas d’ordinateur, à l’époque) qu’il a saisi le contenu de ce document.




Voici ce qu’il nous dit en. Avant-propos : « 𝘓𝘢 𝘱𝘳𝘦𝘮𝘪è𝘳𝘦 𝘧𝘰𝘪𝘴 𝘲𝘶𝘦 𝘫'𝘢𝘪 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘶𝘭𝘵é 𝘭𝘦 𝘮𝘢𝘯𝘶𝘴𝘤𝘳𝘪𝘵 𝘊𝘈𝘉𝘈𝘕𝘌, 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘤𝘰𝘮𝘮𝘶𝘯𝘢𝘭𝘦𝘴 𝘴𝘦 𝘵𝘳𝘰𝘶𝘷𝘢𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘭'𝘢𝘯𝘤𝘪𝘦𝘯𝘯𝘦 𝘴𝘢𝘭𝘭𝘦 𝘥𝘦 𝘑𝘶𝘴𝘵𝘪𝘤𝘦 𝘥𝘦 𝘗𝘢𝘪𝘹 𝘴𝘪𝘵𝘶é𝘦 𝘢𝘶 𝘥𝘦𝘴𝘴𝘶𝘴 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘴𝘢𝘭𝘭𝘦 𝘥𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘦𝘪𝘭 𝘮𝘶𝘯𝘪𝘤𝘪𝘱𝘢𝘭. 𝘊'é𝘵𝘢𝘪𝘵 𝘦𝘯 1968. 𝘋é𝘫à 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘯𝘯𝘰𝘵𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴 𝘱𝘰𝘳𝘵é𝘦𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘭'𝘪𝘯𝘷𝘦𝘯𝘵𝘢𝘪𝘳𝘦 𝘥𝘦 1901 (𝘊𝘢𝘣𝘪𝘯𝘦𝘵 𝘴𝘱é𝘤𝘪𝘢𝘭 𝘥𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴, 𝘈𝘳𝘮𝘰𝘪𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘗𝘢𝘳𝘤𝘩𝘦𝘮𝘪𝘯𝘴) 𝘯'𝘢𝘷𝘢𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘨𝘳𝘢𝘯𝘥𝘦 𝘷𝘢𝘭𝘦𝘶𝘳 𝘤𝘢𝘳 𝘫'𝘪𝘨𝘯𝘰𝘳𝘦 𝘰ù 𝘴𝘦 𝘵𝘳𝘰𝘶𝘷𝘢𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘢𝘷𝘢𝘯𝘵 𝘭𝘢 𝘴𝘶𝘱𝘱𝘳𝘦𝘴𝘴𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘶 𝘛𝘳𝘪𝘣𝘶𝘯𝘢𝘭 𝘥𝘦 𝘑𝘶𝘴𝘵𝘪𝘤𝘦 𝘥𝘦 𝘗𝘢𝘪𝘹. 𝘌𝘯 1981, 𝘭𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘦𝘪𝘭 𝘮𝘶𝘯𝘪𝘤𝘪𝘱𝘢𝘭 𝘥é𝘤𝘪𝘥𝘦 𝘥'𝘢𝘮é𝘭𝘪𝘰𝘳𝘦𝘳 𝘭𝘦 𝘭𝘰𝘨𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘥𝘶 𝘤𝘰𝘯𝘤𝘪𝘦𝘳𝘨𝘦 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘔𝘢𝘪𝘳𝘪𝘦, 𝘦𝘵 𝘭𝘢 𝘴𝘢𝘭𝘭𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘲𝘶𝘪 é𝘵𝘢𝘪𝘵 𝘱𝘳𝘢𝘵𝘪𝘲𝘶𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘢𝘶𝘴𝘴𝘪 𝘨𝘳𝘢𝘯𝘥𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘭𝘢 𝘴𝘢𝘭𝘭𝘦 𝘥𝘶 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘦𝘪𝘭, 𝘦𝘴𝘵 𝘥𝘪𝘷𝘪𝘴é𝘦 𝘦𝘯 𝘤𝘩𝘢𝘮𝘣𝘳𝘦, 𝘤𝘶𝘪𝘴𝘪𝘯𝘦 𝘦𝘵 𝘴𝘢𝘭𝘭𝘦 𝘥'𝘦𝘢𝘶. 𝘓𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘴𝘰𝘯𝘵 𝘤𝘰𝘮𝘱𝘳𝘪𝘮é𝘦𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘥𝘦𝘶𝘹 𝘱𝘪è𝘤𝘦𝘴 𝘫𝘰𝘶𝘹𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘭𝘢 𝘵𝘰𝘶𝘳 𝘥𝘦 𝘭'𝘩𝘰𝘳𝘭𝘰𝘨𝘦. 𝘌𝘯 1983, 𝘯𝘰𝘶𝘷𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘮𝘶𝘵𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯, 𝘵𝘰𝘶𝘵 𝘭𝘦 𝘥𝘦𝘶𝘹𝘪è𝘮𝘦 é𝘵𝘢𝘨𝘦 𝘦𝘴𝘵 𝘵𝘳𝘢𝘯𝘴𝘧𝘰𝘳𝘮é 𝘦𝘯 𝘣𝘶𝘳𝘦𝘢𝘶𝘹, 𝘪𝘭 𝘯'𝘺 𝘢 𝘱𝘭𝘶𝘴 𝘥𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘤𝘪𝘦𝘳𝘨𝘦 à 𝘭𝘢 𝘔𝘢𝘪𝘳𝘪𝘦 𝘦𝘵 𝘫𝘦 𝘴𝘶𝘪𝘴 𝘤𝘩𝘢𝘳𝘨é 𝘥𝘦 𝘴𝘵𝘰𝘤𝘬𝘦𝘳 𝘯𝘰𝘴 𝘱𝘢𝘶𝘷𝘳𝘦𝘴 𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘷𝘦𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘥𝘦𝘶𝘹 𝘱𝘪è𝘤𝘦𝘴 𝘢𝘶 𝘥𝘦𝘶𝘹𝘪è𝘮𝘦 é𝘵𝘢𝘨𝘦 𝘢𝘶 𝘥𝘦𝘴𝘴𝘶𝘴 𝘥𝘦 𝘭'é𝘤𝘰𝘭𝘦 𝘮𝘢𝘵𝘦𝘳𝘯𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘲𝘶𝘪 é𝘵𝘢𝘪𝘵 𝘴𝘪𝘵𝘶é𝘦 𝘢𝘭𝘰𝘳𝘴 𝘙𝘶𝘦 𝘎é𝘯é𝘳𝘢𝘭 𝘉𝘳𝘶𝘺è𝘳𝘦, 𝘧𝘢𝘤𝘦 𝘢𝘶 𝘊𝘢𝘧é 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘗𝘰𝘴𝘵𝘦. 𝘛𝘰𝘶𝘴 𝘭𝘦𝘴 𝘥𝘰𝘤𝘶𝘮𝘦𝘯𝘵𝘴 𝘴𝘰𝘯𝘵 𝘧𝘪𝘤𝘦𝘭é𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘥𝘦𝘴 𝘤𝘢𝘳𝘵𝘰𝘯𝘴 𝘯𝘶𝘮é𝘳𝘰𝘵é𝘴 𝘮𝘢𝘪𝘴 𝘭'𝘦𝘹𝘪𝘨ü𝘪𝘵é 𝘥𝘦𝘴 𝘭𝘰𝘤𝘢𝘶𝘹 𝘯’𝘦𝘯 𝘧𝘢𝘤𝘪𝘭𝘪𝘵𝘦 𝘱𝘢𝘴 𝘭𝘢 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘶𝘭𝘵𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯.»




Les services municipaux sont alors mis à contribution pour aménager à l’intérieur de ces locaux, de solides étagères en planches épaisses non rabotées, pour supporter les registres à archiver. Les locaux n’étaient pas chauffés, ni éclairés et il fallait ouvrir les volets pour y voir plus clair. Les fenêtres donnaient sur la cour arrière de l’école. Il y avait toutefois au centre de la première pièce une table pour déposer les documents à consulter. C’était la préhistoire des archives. (à suivre.)

Gérard Guiraudet.

8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page