top of page
  • jlbarbut8

Histoire de cloche (9 mai 2021)

Dernière mise à jour : 20 janv. 2023

C’est avec plaisir que nous vous présentons la contribution à la page Facebook de notre 𝗻𝗼𝘂𝘃𝗲𝗮𝘂 𝗰𝗼𝗹𝗹è𝗴𝘂𝗲 𝗡𝗶𝗰𝗼𝗹𝗮𝘀 𝗟𝗮𝘄𝗿𝗶𝘄 de Congénies qui a rejoint les rangs de notre association. Nicolas est paléographe, explorateur d’archives et créateur du site Brozer Téléarchives. Voici les adresses de deux sites mvic.fr et brozer.f/telearchives. A l’initiative de la mairie et du service des archives de Sommières il a numérisé et mis en ligne une quarantaine de registres des délibérations consulaires, depuis le XVIe siècle. Par ailleurs, Nicolas est secrétaire de la FAHG (Fédération Archéologique et Historique du Gard) qui vient d’initier le recensement des cloches civiles et religieuses, en place et disparues du département. Il pourra épauler Gérard Guiraudet et Bernard Pagès qui assurent les contributions. Pour cette semaine Nicolas a retrouvé la trace de l’achat de la cloche de 1749 qui a été envoyée à la fonderie, à la Révolution.

L'an mil sept cent quarante neuf et le quinzième jour du mois d'octobre dans l'hôtel de ville de (la) ville de Sommières, le conseil de la communauté y estant assemblé pardevant MM. Antoine Nazon, conseiller du roy, maire perpétuel dudit Sommières et Sieur René Maurin, quatrième consul, Me Decrez, Me Debap, ancien capitaine d'infanterie, Sieur Joyeuse, maître appoticaire et Sr Marinas composant le présent conseil. Par M. Nazon, maire, a esté proposé que Sr. Jean Fontane, fondeur de la ville d'Alais, en conséquence du traité qu'il a passé avec la communauté le vingt neuvième may dernier, autorisé par ordonnance de M. Tempier, subdélégué de Mgr l'intendant au département de Nîmes, du quatorze juillet aussi dernier, a fait et pozé une cloche au clocher de l'église de la paroisse Saint Pons de cette ville pesant net, y compris les grenouilles, quinze quintaux vingt deux livres, montant, à une livre dix sols la livre, la somme de deux mille deux cent quatre vingt trois livres suivant le marché fait dans ledit traité, laquelle somme luy est due indépendemment de celle de vingt quatre livres qui doit luy estre payée suivant la condition insérée dans ledit traité, pour la reception de laquelle cloche il fut pris des experts savoir, de la part de la communauté, de la personne du Sieur Potingon, fondeur à Montpeller, et de la part dudit Fontane, de celle du Sieur Babandy, fondeur de la ville de Nîmes, lesquels experts ayant procédé à leur vériffication, ils rendirent leur relation par laquelle il est constaté que ledit Fontane a rempli ce à quoy il estoit obligé par ledit traité, de laquelle relation ledit Sieur maire ayant donné connoissance à la communauté le vingt huitième septembre dernier et l'ayant requise de délibérer sur la réception de laditte cloche, il fut déterminé qu'ayant été reconnu depuis que ladite vériffication a esté faite, que le contre poids de ladite cloche n'étant pas assès pesant, il estoit très difficile de pouvoir la faire sonner à la volée et il fut délibéré qu'avant qu'elle fur reçue, ledit fondeu la mettoit en parfait estat, en exécution de laquelle délibération, ledit Sieur maire ayant fait avertir ledit Fontane, il se seroit rendu en cette ville et auroit fait les réparations nécessaires à ladite cloche en sorte qu'elle est dans l'estat que la communauté peut désirer, estant nécessaire présentement de la recevoir et de demander permission à M. l'intendant de prendre du produit de la subvention pour le payement dudit Fontane relativement audit traité, même qu'il paroit juste que depuis laditte cloche est en place et qu'elle a servi pour l'usage de la paroisse le tems que ledit Fontane a donné à la ville pour son payement aye son cours, requier sur cela de délibérer. Sur quoy l'assemblée après s'être instruite que la cloche et ses assortimens sont en bon estat et après avoir pris connoissance de la relation desdits experts, a unanimement délibéré que ladite cloche demeurera reçue et donne pouvoir à Messieurs le maire et consuls de se pourvoir devant ledit Sieur intendant pour le supplier de permettre de prendre du produit de la subvention pour le payement de la somme de deux mille trois cent sept livres pour le montant de ladite cloche, pour estre payée dans deux années à compter du neuvième septembre dernier, jour que la vériffication en a esté faite, la première année sans intérêts et la seconde avec intérêts à l'ordonnance, le tout conformément audit traité.


7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page