top of page
  • jlbarbut8

Sommières – Ambrussum : deux ponts aux destins opposés (10 juillet 2022)

Dernière mise à jour : 10 août 2022

En cette période de grande chaleur descendons le cours du Vidourle de Sommières à Ambrussum.

Nos lecteurs familiers avec l’historiographie sommiéroise ont dû remarquer que le pont romain de Sommières est un des rares édifices antiques dont le nombre d’arches croît avec le temps qui passe. Longtemps doté de 17 arches (par exemple par Grangent et Durand en 1821), les mesures effectuées en 2011 (DVD Le Pont de Sommières) lui en attribuent 20 (ou 21 ?), tandis que l’ouvrage publié en 2013 (Sommières – histoire urbaine ...) n’hésite pas à lui en donner 23 !


Quel contraste avec son voisin d’Ambrussum !


Réputé avoir eu 11 arches à l’époque antique, la tradition rapporte qu’il aurait cessé d’être utilisé à la fin du XIIIème siècle. Laissé dès lors sans entretien, les vidourlades successives le réduisent progressivement.


Une gravure de Anne de Rulman (1582-1632) au début du XVIIème siècle nous montre encore 4 arches.



La vidourlade du 18 novembre 1745 emporta deux arches. Pierre Prion, secrétaire du marquis d’Aubais décrit cette crue dans sa « chronologiette », et note :


« Le lendemain 19, on s’aperçut à la pointe du jour qu’une des grandes arcades du pont Saint-Ambroix, vulgairement appelé le pont rout [rompu] et par d’autres de la monède [de la monnaie], sur ce fleuve avait été cette même nuit emportée, lequel avait été bâti par les Romains […] La rapidité de l’eau jeta les pierres de cet arceau sur le rivage et la plus petite desquelles pèse plus de cent quintaux. »


Il raconte ensuite que « les académiciens de l’Observatoire de Montpellier ont député le sieur Campagne, personnage très docte pour le génie » afin d’étudier les pierres détachées de l’édifice.


Le pont était alors dans l’état où Courbet le peint en 1857 (2 arches et trois piles).



Enfin la vidourlade du 27 septembre 1933 emporta une arche pour le laisser dans l’état où il est actuellement : la dernière des arches ayant résisté aux vidourlades de 2002.




Sources : bulletin SSH n°12 2004 « Vidourle et vidourlades »

Le Pont de Sommières – redécouverte d’un pont antique habité, Sophie Aspord-Mercier et Laurent Boissier, éditions errance, 2011 (livre et DVD)

Sommières – histoire urbaine et monumentale d’une place forte et Languedoc oriental, sous la direction de Sophie Aspord-Mercier, éditions errance, 2013

La chronologiette de Pierre Prion (1744-1759), Fayard 2007.

Le tableau de Courbet est conservé au musée Fabre à Montpellier.


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page