top of page
  • jlbarbut8

𝐋𝐀 𝐂𝐋𝐎𝐂𝐇𝐄 𝐃𝐔 𝐓𝐄𝐌𝐏𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐒𝐀𝐋𝐈𝐍𝐄𝐋𝐋𝐄𝐒 (17 octobre 2021)







Après avoir lu l’inscription figurant sur la cloche du temple de Sommières, une visite au temple de Salinelles s’imposait pour voir cette vénérable cloche de 1583. Notre collègue Jean-Pierre Maurel, de l’association « Sommières et son Histoire » a pu en faire quelques photos, ce qui a permis de reconstituer l’inscription figurant sur une seule ligne, en majuscules, à la partie supérieure de la cloche :

« MIRABE2 MA FAICT 1583, LOVANGE A DIEV TA VOLONTE SOIT FAICT ».


C’est bien cette même inscription qui a été reproduite sur la cloche du temple de Sommières. La date de fabrication de la cloche est confirmée : 1583. Il n’y a pas d’autre renseignement susceptible de nous éclairer. C’est une cloche très sobre, avec simplement une guirlande en relief au-dessus de la ligne d’inscription. Cette cloche de 1583, placée auparavant, sur l’église des Cordeliers, a donc été cédée par les protestants après la réfection de la façade de l’ex-église et l’achat d’une nouvelle cloche dont les fidèles ont fait l’acquisition. Mais depuis quand était-elle là ?

Lors des Guerres de Religion, le couvent des Cordeliers et leur église ont été complètement rasés. Lorsque les querelles religieuses marquèrent un répit, après la proclamation de l’Edit de Grâce d’Alais, en 1629, les Cordeliers reviennent à Sommières, en 1630. Ils trouvent un tas de ruines à la place de leur couvent et de leur église. Tout est à reconstruire. Malheureusement, leur communauté s’est très considérablement réduite : de trente qu’ils étaient autrefois, ils ne se retrouvent plus que six.

Ils entreprennent d’abord la construction du couvent, qui compte tenu de leur effectif sera de dimensions plus modestes que l’ancien édifice. En octobre 1671, le Père Maraval, Provincial et Commissaire Général des Frères Mineurs de St François, en la Province du Languedoc, vient visiter le couvent…mais il déplore l’absence d’une église et forme le dessein de reconstruire celle abattue. Finalement, c’est Raymond de Pavée, lieutenant pour le Roi au Gouvernement de Sommières qui vint en aide au Père Maraval et contribua pour beaucoup à la reconstruction de l’église qui fut achevée qu’en 1710.

Gérard Guiraudet Photos : JP Maurel, G Guiraudet

3 vues0 commentaire
bottom of page