top of page

Ouvrages à faire sur le Vidourle : Sommières 1758 (7 mars 2021)



En 1743, à partir de la vérification du pont, Henri Pitot inspecteur et directeur des travaux de la province du Languedoc établira une « estimes », puis plus tard en 1755 « toisés et devis » suivis en 1757 par la procédure de l’appel d’offres aux enchères pour exécuter les travaux suivants : élargissement du lit mineur du Vidourle du pont au moulin d’Alary, débouchement de la dernière arche visible (Rive droite crêperie), et un mur de soutènement pour protéger l’église Saint Amans et son presbytère. Curieusement « terres et graviers déblayés seront jetés dans l’endroit le plus profond de la rivière, vis-à-vis du déblayement ». C’est l’entrepreneur Saussine qui obtiendra les travaux en 1758, ils se termineront qu’en 1763 au gré d’un financement fluctuant de la province du Languedoc et de ses intendants. Cette réduction du lit du Vidourle était causée par l’apport de matériaux lors des inondations et par le recul des berges au détriment de la largeur de la rivière lors de la mise en culture des terres riveraines. Bernard Pagès. Sommières et son histoire.

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page